Tu es valable mon enfant

Les chaînes de l’esclavage mental nous retiennent depuis des générations qu’importe notre statut social.

Publicités

-Nous allons être en retard ce matin, dépêche-toi!

Avec une attitude mi-figue-mi-raisin, il me rejoint dans le couloir et me lance :

Manman, Nanie m’a dit que comme j’ai de beaux cheveux, si j’étais de teint clair je serais vraiment beau. Tu penses la même chose qu’elle?

L’enfant m’a parlé comme si on venait de lui montrer son plus gros handicap… Comme s’il suivait un séminaire sur le développement personnel et que l’intervenant dans son discours avait pointé ses faiblesses et montrer comment les surmonter.

Mon sang a fait un demi-tour dans mes veines. Qu’est-ce qui lui a pris, à celle-là, de dire de telles âneries à mon fils?

Non ! Tu es beau comme tu es. Tu n’as pas besoin d’une autre couleur de peau pour l’être.

«Li t ap bèl, si tèt li pat kwòt!

Nen plat la ki gate l!

Tèt ou twò grenn, mete pèmanant pou fè yo swa!»

Elles pullulent dans notre quotidien, ces petites phrases lancées à nos enfants et à nous aussi adultes. Elles ont l’apparence d’un compliment à demi-teinte, d’une petite correction d’orthographe, d’un reproche pour un devoir bâclé quand l’élève pourrait fournir mieux, d’une petite tape en public quand on se comporte mal…

Elles n’ont pas l’air méchantes et ne sont pas émises par des gens à priori malsains mais elles peuvent détruire. Elles sont compilées par le subconscient et causent des dégâts sur le court et le long terme sur l’estime de la personne qui en est la cible. Elles sont très puissantes et ancrées dans notre façon de penser depuis la nuit des temps. Elles sont souvent prononcées par notre entourage immédiat qui s’est construit une image du « nous idéal » en jugeant nos atouts physiques et intellectuels par rapport à celle du blanc.  La race blanche est vue comme celle détentrice des « meilleurs éléments ». Dans le passé, elle s’est autoproclamée maîtresse dans tous les domaines intéressants et acceptée par beaucoup d’autres comme la «mesure» de l’excellence.

La nounou ne sait pas mieux ! Non pas parce qu’elle est de classe sociale modeste, mais parce qu’elle pensait être juste en émettant ce genre de réflexion.  M’énerver contre elle n’arrangerait pas les choses.

J’ai jugé que ma réponse manquait de poigne. Je suis sa mère, je sais ce que ce genre de remarques peuvent engendrer, j’en ai reçu plusieurs depuis le temps que je vis ici-bas. J’ai dû me battre contre les autres et surtout contre moi-même pour me rappeler que je suis valable.  Les paroles destructrices ont beaucoup de pouvoir. Leurs racines sont profondes. Plus elles gagnent du terrain, les déraciner devient un travail colossal.

L’ayant raccompagné dans sa chambre, je l’ai placé devant le miroir pendant que Nanie était encore présente et je lui ai dit :

– Regarde-toi !

Il n’a pas compris pourquoi je lui ai ordonné cet exercice qu’il répétait tous les jours.  J’ai mis mes mains à sa taille en m’agenouillant à côté de lui et je lui ai demandé:

– Qu’est-ce que tu vois?

Il me répond timidement, curieux de comprendre ma démarche :

– Moi !

– Oui, Toi! Tu n’es pas une erreur, un devoir inachevé. Toi, tu as tout ce qu’il faut pour réaliser tout ce que tu veux!

Tu n’es pas un vulgaire brouillon. Ta couleur, tes origines ne sont pas une malédiction voir un handicap. Tu es la personne la plus importante dans ta vie, tu as un but sur terre, tu n’as pas besoin d’être d’une autre couleur pour compter mon chéri.

Il a souri.

Je pense qu’il a aimé les phrases que j’ai formulées mais il faudra que je lui en répète souvent d’autres du genre. Je les lui dirai à travers les mots et les actes qu’il est une personne à part entière, digne d’exister et digne d’être aimée.

Les proches, les autres et même moi pourront lui faire questionner son identité et douter de sa valeur à travers des remarques en surface anodines. Je veux que son appréciation de sa personne dépasse le jugement des autres. Je veux qu’il sache et se rappelle en tout temps qu’il n’a pas besoin de singer un autre, d’être une copie médiocre pour être beau, pour se sentir bien.

Une bataille de gagnée, avec mon fils ce matin !

Toutefois, il devra s’armer et mener cette guerre toute sa vie.  Les chaînes de l’esclavage mental nous retiennent depuis des générations qu’importe notre statut social. Quoiqu’oxydées à certains endroits, elles sont très solides, elles sont maintenues et entretenues par la société, les medias… donc plus difficiles à enlever que celles du temps de la colonisation…Une fois, que tu les verras et voudras te débarrasser des tiennes, il faudra aussi chercher par quel moyen aider ton frère à se délivrer des siennes pour ne pas rechuter dans ce cercle vicieux. Là est le défi continu du Noir qui se cherche et s’éveille.

 

 

Denonse gwo kochon an!

– M ka baw dwèt wi!

« M ka ba w dwèt wi »

Pandan m ap swete l bòn fèt li, m di l :

– Entèl jodi a se fèt ou, m pa t konnen non, m panse w t ap vini fre nan travay moun yo (li te gen abitid abiye avèk rad ize, sof lè l pral nan yon rankont li te jije ki vo sa)?

– Pouki ou pa fè m kado rad?

– Rete poukisa la, sa w itil mwen?

– M ka baw dwèt wi!

Moun ki te la yo ri, tankou se yon blag. Se te yon biwo moun yo te renmen fè blag, mwen pa t ka pran l konsa e m p ap janm pran l konsa. Pandan de, twa segonn m pran pou m reflechi ak sa l di a, m santi jan l depase kad li, m santi l vyole m ak pawòl li sa a, ak plizyè lòt li te di m te siyale l ki deplase) epi sèl jan m te ka defann mwen se te flanke mouche yon kalòt…

M pa yon moun ou ka konsidere vyolan men tout bèt jennen mode.

Lè m pote plent pou li, moun lan te kòmanse ap ri, lè l wè m pat nan griyen dan, li chèche figi serye l e li di m

-Oh Madame Réjouis, je suis désolé de son comportement. Je comprends votre réaction vous aviez tous vos droits. Je lui en parlerai. Il n’a vraiment aucun droit de vous dire ça, d’autant plus que vous êtes une femme mariée.

– Si je n’étais pas mariée aurait-il ce droit?

Pita mwen aprann gen yon dam ki di m pa t bezwen fè tout pale anpil sa pou koze a, m te ka jere sa ak li. Reyaksyon l te desevwa m anpil, Kòmsi la yon fi ki si eklere pat ka konprann sa ? Èske se paske mesye a te zanmi l ki fè li pa t jije mesaj la ka menase m ?

Li te pran m tan pou m te konprann depi nan  premye echanj nou se te yon gwo kochon. Misye se yon papa pitit fi e li se yon moun ki letre. M te konsidere l, maksimòm, tankou yon moun ki gen defo pa li men ki pa t nesesèman dezagreyab ou machis. Pou pi plis, m ta ka panse se te yon atirans, lè m vin konprann li mwen kanpe l men sa pa t sifi pou li.

Epi pouki m ap plenyen? Mwen ekri sou fè bagay, kisa misye a pa ka di m lan, jan m pale sou koze fi ak gason m ta dwe ka konprann sa? Gwo jèn fanm ke m ye kote sa m pa ka jere la ? Mwen san dout te gen yon konvèsasyon, yon konpòtman, yon rad ki fè l panse, li te gen dwa pou l di m sa l te di m lan.

Moun ki te la yo, ki te ri yo pat reyalize gravite sa l di a. Yo te vin abitye ak sa l konn di epi tolere yo kòm nòmal. Lè w rete twò lontan bò fatra, sant lan pa di w anyen li vin fè pati anviwònman w e ou finalman aksepte l.

Yo pa diferan ak moun k ap di moun ki viktim yo responsab, yo te vle sa paske si se pa t sa yo te ka defann tèt yo. Moun sa yo fè m panse yo chita alèz sou kanape yo ap gad tv. Yo tankou de moun dlo ap inonde twalèt yo pa konsène menm kan yo tande bri dlo a toutotan li pa rive sou yo, yo pa nwi. Sant manje an k ap boule nan kizin lan se pa pou yo, yo pa t ap fè manje, vant yo plen deja. Yo jis kenbe rimòt yo y ap vire tele a, yo jis wè bagay yo vle wè, sou ang ki fè yo byen. Epi televizyon an vin kanpe koup, yo reziyen yo leve, se lè sa yo wè dèyè l chaje ak pousyè, men sa ki pi grav lan, priz lan gentan inonde epi kay lan ap pran dife (Sa se lè yo viktim menm jan oubyen yon  pwòch yo).

Alèz ak abitid, se move bagay nan kontèks sa yo, yo kole lasi nan je, yo limite vizyon, yo gonmen lespri e yo fè anpil mal ak moun ki sibi yo.

Avèk achtag #denonseyongwokochon #metoo #balancetonporc yo, nou rann nou kont pwoblèm sa yo nan tout peyi, nou jwenn nan tout kouch sosyete yo.

Repwoche viktim lan se bay moun k ap agrese yo fòs. Repwoche viktim lan se mete baboukèt nan bouch li. Repwoche viktim lan se minimize ki donk nòmalize agresyon li sibi.

Alòs si ou twò alèz nan monn ou a, si w panse ou konprann tout sa ka p dewoule devan w tankou yon fim, reveye w! Lavi a pa yon fim, li tap twò di pou ou konprann reyalite a lè l rive sou ou: vi moun pa jwèt.

Je suis une mauvaise mère…

…j’ai échoué. Ils n’ont pas demandé à naître.

– Reste derrière moi!

Je le cache dans mon dos en insérant la clé dans la portière de ma voiture. Pendant ce temps, les propriétaires du magasin où nous étions, sont accompagnés à leur véhicule par un des agents de sécurité qui tient son arme en joue pour contrecarrer toute éventuelle menace… J’ai débloqué ma porte et celle de derrière. Je l’ai littéralement engouffré dans ma voiture. Au volant je lui dis :

-Ta porte est verrouillée ?

Nous sommes en Haïti et pas officiellement en guerre civile.

Il est vendredi, 1 heure de l’après midi après le renvoi des classes. Le ciel est beau et tout à l’air calme. Il y a deux semaines un commerçant dont le magasin a été cambriolé est décédé des suites de ses blessures par balles. Plusieurs actes de banditisme ont été perpétrés à Pétion-Ville durant cette période, avec pour cibles les commerces.

J’ai constaté depuis ces dernières attaques que les magasins ont renforcé leur dispositif de sécurité. Ils verrouillent leurs portes pour sélectionner la clientèle qui pénètre les lieux et/ou ont plus d’agents de sécurité. Ces mesures n’ont pas empêché à d’autres crimes d’être commis.

La peur est visible dans tous les gestes, elle voit même la gentillesse comme une menace. 

Un matin au mois de septembre, j’ai appelé une amie pour lui demander si elle comptait envoyer sa fille à l’école. Je voulais prendre le pouls d’un autre parent pour savoir s’il était judicieux d’emmener un enfant à l’école suite aux manifestations qui ont dérapé la veille. Nous avons même construit un plan, comme son bureau n’est pas loin de l’établissement scolaire, s’il y a embrouille, elle récupérera nos petits…

Deux semaines après l’ouverture de classe, plus de trois jours étaient perdus dans l’agenda scolaire. Quand les forces de la nature ne nous obligeaient pas à rester chez nous, ceux sont les « forces auto-déclarées des rues de Port-au-Prince » qui nous y contraignaient.

Comment fonctionne-t-on dans ces moments tumultueux?

Le parcours des manifestations est partagé par des contacts sur les réseaux sociaux et dans les groupes Whatsapp. Le conseil pour survivre : “Ne sortir qu’en cas de besoin”. Le besoin ne peut pas être d’aller boire un verre, rencontrer des amis, s’évader… Le besoin est tout ce qu’on jugerait utile :travail, église, hôpital, market… Comme quoi, quand le malheur frappe à notre porte, il faut trouver une raison valable pour être sur les lieux. Comme si chez nous, dans notre forteresse nous étions en sécurité!

Nous sommes si consumés par la peur que nous avons oublié de faire ce pourquoi nous sommes venus sur terre : vivre.

Vivre est devenu un luxe. Non, je ne touche même pas encore la cherté de la vie, je parlais de dormir, vaquer à ses occupations… tout ce que nous faisions est désormais enrobé de stress. Je pense que de ma génération verra naitre de nouvelles maladies suite au mal invisible du 21ème siècle.

La dernière fois  que j’ai été à l’extérieur du pays, je me suis demandée pourquoi je suis revenue. Quelle est donc la différence entre moi qui reviens ici avec tous les problèmes que nous avons et une femme victime de violence conjugale dans son foyer ? Pas grand-chose! Nous connaissons toutes deux les maux qui nous rongent et préférons l’ignorer ; en maintes fois nous avons trouvé le même prétexte pour appuyer notre décision de rester, l’amour.  Cet amour qui est censé donner espoir même quand rien n’est fait pour le garder en vie.

Assez parlé de moi ! Je regarde mon fils dans le rétroviseur … Je me revois en deuxième année primaire ; je connaissais déjà les coups d’état, les départs volontaires, tout cela m’importait peu vu que les jours de trouble, je restais à la maison à jouer, à regarder la télé. J’ai grandi avec des mots comme Dechoukay, Zenglendo, Pè lebrun…plus tard JPP, Chimè, Zero tolerans, Opération Bagdad… Aujourd’hui, je me demande si mes enfants auront un vocabulaire moins violent et plus sain que celui de mon enfance. Si plus jeune, je n’avais pas compris l’ampleur de l’instabilité politique et socio-économique, adulte et mère je ne peux pas m’empêcher de le constater. En trente ans, nous avons eu environ 20  acteurs politiques aux commandes de ce pays, conseils de gouvernement, présidents provisoires, présidents élus, un bémol doit être mis sur le fait que pendant 15 ans sur ces 30 ans, 3 fois seulement des présidents élus ont pu clore leur mandat.

Nous avons toujours eu ces révoltes qui se présentaient comme des révolutions dont les instigateurs promettaient monts et merveilles avant d’accéder au pouvoir et qui, au final ne se révélaient que de piètres imitateurs de leurs prédécesseurs.

Une de ces nuits, mon fils est tombé malade. J’ai du réfléchir à mes options. Si je bravais les rues seule avec lui, quels hôpitaux nous accepteraient ? L’hôpital Général est probablement en grève mais même  en temps normal cette démarche pourrait être suicidaire ; sans carte d’assurance, sans cash pour fournir un dépôt lequel accepterait de lui donner des soins ? Quand nous parlons de problème de santé nous pensons être à l’abri ou moins vulnérables si nous disposons d’un visa étranger ou de la nationalité étrangère. Néanmoins, l’urgence n’attend pas, elle est pressante et doit être gérée sur le moment. Et les autres qui n’ont pas ces options, leurs vies valent-elles moins?

La faute aux dirigeants qui ne peuvent assurer notre sécurité, nous doter d’un système de santé fiable.  Mais la faute surtout à nous quand nous avons accepté d’eux qu’ils ne nous fournissent pas ce pourquoi nous avons votés en leur faveur. Eux, ces dirigeants ont leur famille à l’étranger ou des avions-ambulances sur le tarmac de l’Aéroport International pour les évacuer…

Diriger un pays et concevoir un enfant doivent avoir en commun la prévoyance

Et la petite voix dans ma tête me dit:

Je suis une mauvaise mère. (une affirmation). Si je ne suis pas en mesure d’offrir de bonnes conditions de vies à mes enfants, j’ai échoué. Ils n’ont pas demandé à naître.

Je suis une mauvaise mère. (une question). Quand je me demande ce que j’ai fait concrètement pour empêcher cette dégradation ? Ce pays a tellement de plaies en putréfaction que pour être honnête, je ne saurais laquelle tenter de soigner en premier.

Je suis une mauvaise mère. (une réflexion). La pensée trotte dans ma tête pour savoir ce que je ferai réellement pour accomplir mon devoir de citoyen, pour faire respecter mes droits et ceux de ma progéniture. Un bien beau rêve, n’est-ce pas? Il faudrait que je travaille sur un plan pour  au moins visualiser avant de mettre en oeuvre des actions concrètes pour ce beau rêve….

 

Chères victimes, je vous en prie ne reposez pas en paix!

Ne vous laissez pas berner…

Chères victimes,

Je vous l’aurais dit… mais vous ne m’auriez pas cru, que l’émoi qu’avait causé votre mort ne serait qu’une vague d’émotions, comme une mode dont on abuse quand on est saturé de la voir sous les yeux. 
Je vous l’aurais dit… que des esprits malsains ayant un goût profond pour le macabre publieraient sur la toile des preuves du crime odieux perpétré sur votre personne, ignorant la peine de vos proches, rien que pour obtenir plus de likes, plus de partages, faire du buzz, quoi !
Je vous l’aurais dit… que des opportunistes brandiraient votre mort comme une pancarte pour se faire une publicité gratuite, pour s’offrir une notoriété et se forger une place au soleil.
Je vous l’aurais dit… que si la chance sourit à votre cas, des suspects seraient interpellés pour le crime commis sur votre personne, mais, comme cela est de coutume, un/des coupable(s) ne seraient pas condamnés pour vous avoir enlevé la vie.
Je vous l’aurais dit… qu’aucune mesure réelle ne serait prise les jours suivants pour prévenir la commission d’autres actes similaires, hormis les patrouilles additionnelles de la PNH postées en différents points de la capitale.
Je vous l’aurais dit… que seuls vos parents et vos proches se souviendraient de vous au lendemain de vos obsèques. Nous aurions trouvé d’ici là, d’autres sensations fortes, d’autres failles à critiquer du système pour meubler notre quotidien…
Je vous aurais dit tout ça et plus, mais vous ne m’auriez pas cru… que notre mémoire est courte, et que nous ne sommes effectivement liés qu’avec les causes dont nous sommes directement victimes (Chak koukouy klere pou je w).
Je vous en prie… Ne vous laissez pas berner par nos élans d’effroi, par nos larmes de crocodile, par nos gestes de sympathie, par nos prières ou tous autres subterfuges que nous pourrions utiliser pour vous demander de reposer en paix.  
Nous n’avions, au fait, que le désir de vous mettre en terre et de continuer notre quotidien de soumis, de révoltés passifs sur internet. Nous sommes de bons acteurs, nous connaissons très bien notre jeu… ne vous laissez pas leurrer aussi facilement.

Je vous en prie, restez avec nous pour nous infliger l’insomnie et la tourmente que nous méritons. Restez avec nous pour que nous nous questionnions sur nos actions envers nous-mêmes et cette nation. Restez sur nos lèvres plus d’une semaine après vos funérailles pour ne pas être laissés aux oubliettes comme une vielle histoire. Restez avec nous pour nous secouer, nous obliger à nous réveiller, nous sommes trop confortablement tallés dans notre cocon et notre statu quo. Persécutez-nous pour que nous empêchions que d’autres (nous) subissent le même sort que vous.

Si l’amour suffisait…

A toi…à moi

Si l’amour suffisait, 

Toi et moi,

Nous aurions été heureux ensemble.

Si l’amour suffisait, 

Toi et moi,

Nous nous serions compris.

Si l’amour suffisait, 

Toi et moi,

Nous aurions tout fait pour le préserver.

Si l’amour suffisait, 

Toi et moi,

Nous ne nous serions jamais quittés.

Si l’amour suffisait…

A toi… à moi…

Il nous aurait suffit.

Yon dènye souf…

Nou tout nou gen pou n pase…

Li sou do, souf li kout. Tout efò li fè, li paka leve. Pandan l ap eseye rale tout fòs li pou l soti atè a, li wè lanmò an pwòch…

Nan moman sa, li sonje lavi l… 

Yo toujou di lè w pra l mouri, ou wè lavi w ka p defile devan w. Li wè jan lavi a te bèl, malgre tout tribilasyon l, li pat osi difisil jan li te panse l lan. Li te konn pran sa mal, lè l ap bouske lavi, lènmi yo te konn ap pèsekite l, jan yo te konn chèche pyeje l, chèche anpwazonen l… Anfen lèzòm mechan! Li te konn mande Bondye pouki lavi l te du konsa, pouki fòk li te pase tout mizè sa yo? Pouki yo tout pat ka antann yo sou tè a? Si Bondye te renmen l, pouki li te fè l ak yon kwa sou tèt li?

Atè a, pandan li wè trip li deyò, li sonje timoun li yo. Tilèzanj yo pa p wè l ankò, sa raple l koman papa l te soti, jan l pa t janm rantre. Li te grandi ak yon tristès, li te santi l abandone l, fanmi l pat janm ka jwen rès li… Yon maten, li te la, nan aswè li pat la ankò. Li pè pou timoun li yo pa panse menm jan pou li, paske destin l sanble ap menm ak papa l.

Li sonje madanm li, ki te konn byen pran swen l, e toujou byen jere tout resous li te konn pote nan kay la. Ou pa jwenn mòd patnè sa yo ankò, ti jèn alè kile se sou fly sèlman yo ye…Tout ti sòti yo te konn fè sitou lanwit, nan ti kwen li te konn dekouvri e yo te konn chwazi pase yon bon moman… Malerezman, maten an yo te gen yon ti kont, yon ti kont byen raz wi, ou konnen lang ak dan konn fè ti mòde…

L ap redi atè a, li ta vle kache pou yo pa wè l, li pa ta vle yo sispèk li vivan toujou… Si yo wè l ka p debat y ap vin fè fen l. Moun sa yo se kriminèl, yo san pitye, ya p masakre l. Si l rive abrite l, yon parèy li ka wè l, la ka ede l, la viv. Si l mouri, foumi ta pito brote l ale, ke pote nouvèl ale pou li.

Plèk!

Yon dènye kout sapat epi dam kap travay la tiye ravèt ki t ap bat kò l atè an bò frijidè a. Li pa p janm wè fanmi l ankò. Pou jan l te renmen timoun li yo, li pap wè yo k ap grandi. Pou jan l te renmen madanm li, pou yon lòt ravèt al gate l, patinen l, fè sou moun nan afè l?

Lavi a di, men nou pa ka pa ri, sitou yon vandredi!

Bon wikenn tout moun

Les cœurs pleurent toujours…

Certains se séparent avec fracas, en plein jour sous les yeux de la foule.

D’autres le font en silence, côte à côte dans leur lit.

Qu’importe les cœurs pleurent toujours,

Que les mots se taisent ou blessent.

Qu’importe on ne revient jamais le même d’un chagrin du coeur…

Si toutefois on en revient.

Amour quand tu nous malmènes…

Vivre…

Vivre c’est valser continuellement entre les limites de son existence…

Vivre, c’est se donner à un autre quand on ne peut même pas se vanter de se posséder.

Vivre, c’est jouer avec le tout et le néant pendant le même acte.

Vivre, c’est apprécier le jumelage entre la beauté et la laideur dans le même tableau.

Vivre, c’est mentir pour ne pas détruire et dire la vérité pour anéantir.

Vivre, c’est sentir le trouble violer le calme et regarder la sérénité apprivoiser la tourmente.

Vivre, c’est reconnaître que la richesse n’est pas de tout avoir et que la pauvreté n’est pas de tout manquer.

Vivre, c’est pleurer aux larmes quand on est content et rire d’angoisse dans la détresse.

Vivre, c’est comprendre le cri du besoin dans le manque.

Vivre, c’est constater qu’il peut-être être tard en plein jour et tôt en pleine nuit.

Vivre, c’est effleurer la douceur dans la douleur et entrevoir la rigueur dans la souplesse.

Vivre, c’est jongler avec le possible quand on a en main l’impossible.

Vivre, c’est apprendre d’une erreur après l’avoir commise.

Vivre, c’est fredonner une mélodie pour créer une nouvelle.

Vivre, c’est s’exprimer au présent sans se rendre compte qu’il devient passé et réaliser un futur qui se conjugue au présent.

Vivre, c’est s’abonner au cours de la vie sans avoir reçu le formulaire.

Vivre, c’est valser continuellement entre les limites de son existence.

Vivre, c’est juger une sensation terrifiante ou excitante par sa finalité.

Vivre, c’est accepter chaque jour d’aller à la quête d’un autre soi en perdant un peu de celui qu’on était hier…

 



Crédit photo: Tilou Jean Paul

Reviens-moi, Mon Amour! (EXTRAIT)

Quand j’ai vu que tu refusais de me parler, j’ai eu un mal fou.

Le genre de mal qui s’apparente à une rage de dents.

Le genre de mal qui te coupe le souffle au point que ton corps ne ressent plus la douleur.

Le genre de mal qui ne se cicatrise jamais de l’intérieur.

Je ne me sentais pas la force de pouvoir continuer à vivre,

De fonctionner,

De sourire

De faire la moindre petite chose…

Je ne pouvais pas concevoir que nous pouvions être sur la même planète,

Sur le même continent,

Dans le même pays,

Dans la même ville et ne pas avoir la possibilité de s’aimer.

J’ai pensé laisser tous nos souvenirs ICI et essayer de me refaire une vie ailleurs.

Puis, je me suis dit qu’il valait mieux que l’air que je respire ait traversé tes narines un jour

Que la rue que tu as fréquenté, accepte aussi mes pas.

Que la porte que tu as tenu, touche mes doigts.

Que le verre que tu as porté à tes lèvres, embrasse les miennes.

Je veux à tout prix te sentir plus près de moi

Pour tout ça…

Je reste…

Je garde espoir qu’un jour tu me pardonneras.

Je garde espoir qu’un jour on pourra s’aimer à nouveau.

Extrait du Texte « Reviens-moi, Mon Amour »

A fleur de peau

 

 

Il y en a marre…

Quand je vois nos officiels contourner les embouteillages à si vive allure,

En faisant siffler leurs sirènes,

En nous oppressant de leurs klaxons,

En faisant vrombir leur moteur de huit cylindres,

En évitant dans les meilleurs des cas nos voitures à des millimètres près,

En risquant de frapper à tout moment des citoyens,

Je me dis qu’ils font tous ses excès parce-qu’ils sont conscients de nos problèmes et pressés de gérer nos urgences.

Oui il y a urgence de sauver ce pays de la misère.

Il y a urgence de faire le travail pour lequel ils sont payés.

Il y a urgence de rendre nos hôpitaux fonctionnels en cherchant des solutions aux grèves récurrentes.

Il y a urgence d’aider les victimes des cyclones pour qu’ils vivent dans des conditions décentes,

Il y a urgence de trouver une solution réelle pour la bonne marche des universités d’états et publics.

Il y a urgence de trouver un salaire minimum équitable pour les travailleurs journaliers.

Il y a urgence d’améliorer les conditions de vies des citoyens.

Il y a urgence d’arrêter cette hémorragie d’haïtiens partant vers d’autres pays pour des lendemains meilleurs.

Il y a urgence de demander des comptes à leurs prédécesseurs sur leur gestion des deniers publics.

Il y a urgence d’assurer de bonnes conditions d’apprentissage pour nos élèves.

Il y a urgence pour combler nos manques de base…

Mais bon, c’est ce que j’aurais souhaité, la réalité est très différente…

Il y a urgence d’aller lécher le cul du blanc pour lui soutirer des millions.

Il y a urgence de violer plus de lois.

Il y a urgence de sponsoriser les raras.

Il y a urgence de danser le carnaval.

Il y a urgence d’aller retrouver cette nouvelle conquête dans ce restaurant huppé espérant qu’elle accepte de conclure aujourd’hui.

Il y a urgence de dilapider nos taxes dans des colloques stériles.

Il y a urgence de dépenser les pots de vin dans des manifestations faites sur mesure.

Il y a urgence de se rendre à l’aéroport pour ne pas rater le vol et avoir un week-end de rêve en terre étrangère.

Il y a urgence d’étriper la patrie jusqu’à qu’elle soit complètement dépouillée.

Il y a urgence de créer plus de projets bidons.

Il y a urgence de mettre ce pays en état d’urgence.

Il y a urgence pour tout ce qu’il ne faudrait pas…

Il a des jours que je me dis être née dans le mauvais pays ou sur la mauvaise planète.

Il y a des jours où je crache mes frustrations.

Il y a des jours que j’en ai en marre.

Il y a des jours que je leur fais un doigt d’honneur derrière leurs vitres fumées.

Il y a des jours que je me demande comment changer ce système de merde?